The Blood Next Door : l’interview

The Blood Next Door est un duo d’artistes fondé en 2007 par anthony peskine et Nazheli Perrot, qui ont à ce jour 60 ans à eux deux. Ils se sont rencontrés pendant leurs études aux Beaux Arts de Paris.
Ils créent des photomontages apportant à leur époque un miroir déformant. La technique de composition, de prises de vues et surtout de retouche est pour eux d’une extrême importance pour la crédibilité des visuels. Leur travail est d’abord diffusé dans des galeries d’art à Paris, Mulhouse, Nothingham et Townsville (Australie). Leurs images sont publiées dans Le Monde 2, Respect Magazine et Palace Costes. Ils gagnent également des prix photographiques, tels que le prix de la photographie de l’année 2008, catégorie jeunes talents, les récréations photographiques de la Fnac en 2009, sont finalistes au prix Arcimboldo en 2009, et remportent un prix à Photo-Levallois en 2011.
En 2011, ils sont contactés par Gaspard Royant, chanteur, afin de lui produire une image. Cette collaboration leur donne le goût de la commande. Ils réfléchissent, se brossent les dents, puis décident de pousser la porte d’Agent 002 en mai 2012.

The Blood Next Door : Nazheli Perrot & Anthony Peskine

Agent 002 :  vous travaillez en duo sous le nom de The Blood Next Door. Quelle est l’origine de cette association et de ce nom ?

The Blood Next Door : Nous nous sommes rencontrés aux Beaux Arts de Paris, et nous avons commencé à faire des photos ensemble pour nous amuser. A la sortie de l’école, nous avons pris goût à nos créations et avons commencé à structurer notre duo. Le nom vient de la tonalité de nos images, et nous avons souhaité un nom en anglais pour rendre notre travail accessible partout. « The Blood Next Door » est tiré de l’expression anglo-saxonne « The boy (girl) next door », qui veut dire le voisin, monsieur tout le monde. Nous y remplaçons le terme concernant une personne par blood (sang), pour insérer l’idée d’une autre dimension dans la vie de tous les jours.

Agent 002 : Comment vous est venue l’idée de l’affiche de la fête des mères ? Comment concevez-vous vos photos ? Comment vous répartissez-vous les rôles ?

The Blood Next Door  : Michel Lagarde nous a demandé de faire une petite image pour illustrer la newsletter de la fête des mères. Nous avons donc voulu évoquer les cadeaux embarrassants des enfants pleins d’amour sans pour autant parler de l’éternel « collier de nouilles ». Et comme nous aimons l’excès, nous avons réfléchi à un cadeau extrêmement embarrassant ; et quoi de plus embarrassant qu’un rat mort ?

Fête des mères 2012

Pour la répartition des tâches, c’est bien évidemment Nazheli qui fait la cuisine et la couture et Anthony qui répare les fuites dans le toit. Sinon, pour les photos, nous faisons tout ensemble de A à Z. Pas de fonction attitrée.

making of « le poisson »

visuel final « le poisson »


Agent 002 : Vous vous sentez plus proches de l’illustration que de la photo, pouvez-vous nous expliquer cela ?

The Blood Next Door  : C’est très directement lié à la façon dont nous travaillons nos images. Nous les élaborons plus comme une illustration ou une peinture que comme un simple cliché. Nous commençons par travailler la composition en dessin, nous effectuons les prises de vue, puis entamons le travail de retouche qui est de loin le plus important. Lors de cette phase beaucoup de choses peuvent changer par rapport à la matière acquise pendant les prises de vue (couleurs des éléments, tailles, emplacements). C’est à ce moment-là que l’on se sent vraiment plus proches de l’illustration.

« Famille »

le making of de « Famille »

Agent 002 : Quels sont vos projets photos préférés ?

The Blood Next Door  : Nous aimons les idées qui naissent de manière très inattendue lors de discussions. La photo « La Pause », par exemple nous est venue à l’esprit lors d’une conversation en voiture sur l’autoroute. Nous avions d’abord pensé à des pompiers ne se souciant pas d’un incendie qui se produisait juste derrière eux. Après avoir mûri l’idée, les pompiers sont devenus des policiers et l’incendie a été remplacé par une série de délits plus ou moins graves et tout à fait flagrants. Nous leur avons mis des hamburgers dans les mains parce que le hamburger a quelque chose de la nourriture universelle.

La pause

Il est intéressant aussi de travailler avec un but particulier. Lorsque l’on fait une carte de vœux, par exemple comme celle de 2012.

Voeux 2012

C’est l’image de Gaspard Royant qui était intéressante en ce sens. Parce qu’il fallait répondre à la demande d’un musicien qui souhaite se présenter tout en gardant notre personnalité. Nous avons eu de très bons échanges avec Gaspard qui nous ont permis de comprendre ce qu’il voulait et d’élaborer ensemble l’illustration avec les miniatures de lui-même sur la table d’un restaurant à l’américaine.

Projet de visuel pour « Here » de Gaspard Royant

Détail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s