Entretien avec Alexandra Pichard

Alors qu’elle compte à son actif plusieurs publications dans le domaine de la jeunesse la non moins jeune Alexandra Pichard vient de rejoindre l’équipe d’Agent 002. Présentation.

atelier-alex

Agent 002 : en quelques mots, peux tu résumer ton parcours et ce qui t’a amené à l’illustration?

Alexandra Pichard : Tout a commencé il y a une vingtaine d’années, en lisant un livre pour enfants dont l’intrigue principale tournait autour d’une bouilloire qui siffle. L’envie d’être illustratrice comme celle d’avoir une bouilloire qui siffle a été immédiate. J’ai donc fait des études d’illustration aux Arts décoratifs de Strasbourg et j’en suis sortie diplômée en 2009. Je suis maintenant comblée car mes deux souhaits se sont réalisés.

illustration

 

Agent 002 : Quelles sont tes références, tes inspirations ?

Alexandra Pichard : Je suis intéressée par les personnages. Je les aime drôles ou pathétiques, en décalage avec le monde dans lequel ils vivent. En ce sens, les dessins de Sempé sont les plus jubilatoires. Autrement, les livres illustrés qui m’ont laissé les meilleurs souvenirs sont des bandes dessinées : le petit Christian de Blutch, et Quai d’Orsay de Christophe Blain, pour leur humour,  la richesse et l’expressivité des personnages.

Mes films d’animation préférés sont ceux de Hayao Miyazaki : Mon voisin Totoro et Ponyo sur la falaise. Au cinéma, j’ai aimé Greenberg de Noah Baumbach, dont le protagoniste, fragile et acariâtre, suscite simultanément l’antipathie et l’attachement. En littérature, c’est Gros-câlin de Romain Gary qui m’a le plus marquée.

commode

Agent 002 : Peux-tu nous présenter ton dossier en 3 images

muette

Alexandra Pichard : Cette page est extraite de Muette, écrit par Anne Cortey, aux éditions Autrement. L’héroïne du livre ne participe pas à la vie familiale mais préfère s’isoler. J’ai traduit cela graphiquement par la contre-forme dans laquelle la fillette est enfermée et la différence de traitement des personnages au deuxième plan.

responsable

Être responsable est un titre de la collection Chouette ! Penser aux éditions Gallimard Jeunesse Giboulées. J’ai illustré un passage du livre dans lequel le jeune narrateur doit surveiller son petit frère. Il compare cette responsabilité à un poids et s’inquiète de ne pas être à la hauteur de la charge qu’on lui confie. J’ai trouvé amusant de jouer avec le rapport d’échelles entre les deux personnages.

mook

L’image suivante a illustré un article sur le rôle de l’État en matière industrielle, dans la revue Le Mook. Il s’agissait de faire le lien entre développement de l’industrie et augmentation du pouvoir d’achat. Le grue, symbole de l’industrie, dépose avec simplicité une maison déjà investie par ses habitants. Acquérir un bien immobilier paraît ne demander aucun effort. 

Agent 002 : Quelles sont tes envies du moment, tes projets ?

Alexandra Pichard : Je viens d’illustrer une histoire de Vincent Cuvellier, «Les socquettes blanches»,  à paraître aux éditions Gallimard Jeunesse Giboulées en avril. Maintenant je travaille sur mon propre album jeunesse. Je n’avais pas mené de projet personnel depuis Herman et Dominique, paru en 2009 chez Thierry Magnier, c’est donc un moment très excitant. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il sera question d’une fourmi, d’un poulpe, et d’une partie de ping-pong.

socquettes

 

Agent 002 : As-tu un super pouvoir ? Lequel ?

Alexandra Pichard : Je peux me transformer en singe si je fixe la pleine lune.

singe