Interview de l’artiste et illustratrice Aurélie Guillerey

Aurelie_Guillerey_Agent002_interview_portrait

1) Quel est ton parcours et comment es-tu arrivée à l’illustration ?

Je suis entrée à l’école supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg après un bac arts appliqués à Besançon. Petite j’aimais dessiner des personnages, imaginer leur vêtements, leurs caractères et les faire dialoguer un peu comme on joue à la poupée! Je me suis posée la question de faire du stylisme. À 15 ans j’avais même écrit et envoyé des dessins à Christian Lacroix qui m’avait répondu une magnifique lettre manuscrite et conseillé plusieurs écoles. La mode m’intéresse toujours mais le côté concret de la réalisation des vêtements un peu moins. L’illustration regroupe tout ce que j’aime, à la fois je suis un peu styliste et je continue à me raconter des histoires en inventant des personnages, des décors.

2) Ayant eu une formation en illustration didactique, comment réussis-tu à concilier aussi le côté esthétique ?

Q2bienfaitpourvous

J’ai une formation en illustration narrative, dans l’atelier de Claude Lapointe. Dans les albums que j’illustre, souvent je me dis avant de commencer, « whaou, dans ce livre, je vais faire des images incroyables, ça va être un festival à chaque page » … et bien heu non, ce n’est souvent pas possible de proposer à chaque page un cadrage complètement dingue etc… c’est plus facile d’appuyer le côté esthétique dans des images uniques. Voilà pourquoi, j’aime varier les commandes, à la fois faire des albums mais aussi des affiches, cartes postales. Dernièrement, j’ai illustré le texte de Claire Clément « Bien fait pour vous! » dans lequel mes images sont plus intrigantes, plus libres peut-être par rapport à ce que je fais d’habitude car le texte elliptique permettait cela. C’est un équilibre à trouver entre le texte et les images qui racontent elles aussi.

3) Quelles sont tes influences et tes inspirations ?aurelie_guillerey_agent002_itwQ3

J’ai hérité de tous les livres de ma maman et même certains de mon grand-père. Je ne sais pas si le goût pour les années 50, 60 vient de là. J’aime le travail des affichistes de ces années-là, avec une économie de moyens et une palette de couleurs réduite. Allez, quelques noms en vrac: les Provensen, Roger Duvoisin, Savignac, les illustrateurs russes, Fedor Rojankovsky, Nathalie Parain, Sempé bien sûr, l’étrangeté d’Edward Gorey, Remy Charlip, Pierre le Tan, Tomi Ungerer etc… il y en a tellement ! Mes inspirations viennent aussi beaucoup de lieux et de personnes que j’ai rencontrées… le conservatoire que j’ai fréquenté toute mon enfance, ma prof adorée de piano, qui vivait avec sa soeur. Toutes les deux complètement fantasques, couvertes de breloques, dont une avait une petite perruque cachant une calvitie qui se décollait à chaque fois qu’elle battait la mesure! J’aime bien ces rencontres loufoques, j’en sème quelques souvenirs dans mes images.

aurelie_guillerey_agent002_itw_image_2

4)  Quel est le projet qui t’as le plus marqué (un tournant dans ton évolution ?), ou celui que tu as préféré et pourquoi ?

J’ai travaillé pendant plusieurs années pour Très Tôt Théâtre à Quimper. J’illustrais chaque spectacle dans leur programme de saison théâtrale. La plupart du temps les spectacles étaient en création, donc je n’avais rien vu, juste lu un petit résumé d’intention du spectacle.

aurelie_guillerey_agent002_affiche_itw

C’était vraiment génial, car on ne me demandait pas de faire une photo du spectacle (comme dans la majorité des programmes de théâtre) mais de proposer une image narrative de ma vision du spectacle. Je n’avais pas la contrainte d’un texte (parfois ce n’est pas facile de mettre en image tout en gardant son univers sur les mots d’un auteur).

aurelie_guillerey_agent002_itw_image_3

J’ai reçu beaucoup de retours des compagnie de théâtre qui ensuite m’on demandé de réaliser leurs affiches de spectacle. Après avoir vu ces images, Elizabeth Brami m’avait demandé de proposer un projet de livre personnel et j’ai écrit « Bonsoir porte manteau! ».

Q4manuscrit-chiens

Q4rawums

5)  Tu nous as dit que tu partais en vacances dans une merveilleuse cabane sans électricité ni eau courante, à flanc de falaise. Est-ce là que tu puises ton énergie ?

Ah oui là-bas c‘est la vie sauvage. Je reprends mes gouaches, moi qui les ai abandonnées au profit du numérique, et je dessine les paysages, les fleurs de la dune qui changent d’une semaine sur l’autre et mes proches. Mais la pêche aux palourdes ça va bien pendant quelques semaines, j’aime aussi les grandes villes qui grouillent de monde, voir des expos de peinture, passer du temps dans les cafés etc…

6) Quelle est ton actualité pour le début 2016 ?

 Je suis en train d’illustrer un texte d’Emilie Chazerand que j’avais rencontrée grâce à Benjamin Médias pour « Un frère en bocal ».

Q6àparaître

Mise en page 1

Son écriture truculente m’a complètement séduite et nous travaillons ensemble sur notre troisième album à paraître chez Sarbacane. Je prépare aussi une exposition de mon travail à Rennes dans le cadre du festival Les p’tits bouquineurs où je vais rencontrer beaucoup de classes.

Mise en page 1

Liens pour découvrir le travail d’Aurélie Guillerey :

http://agent002.com

Une réflexion sur “Interview de l’artiste et illustratrice Aurélie Guillerey

Les commentaires sont fermés.