SEB JARNOT : collages

Seb Jarnot nous invite dans son atelier et nous fait partager la genèse de ses collages fait main.

Seb Jarnot collage sans titre

Untitled.

Qu’est-ce qui t’a amené à réaliser des collages à la main ?
J’ai toujours aimé la chose imprimée et en particulier les magazines. À l’âge de 11 ou 12 ans, j’ai récupéré une collection de numéros des années 70 / début 80 du magazine PHOTO. Je me suis nourri de ces images souvent bizarres, choquantes, érotiques.J’y ai découvert le travail d’artistes comme Helmut Newton, Larry Clark, Pierre Molinier, Kishin Shinoyama et tant d’autres connus ou non.
Avec le temps j’ai continué de chercher de vieux magazines dans des vide-greniers, je les entassais sans rien en faire si ce n’est les regarder de temps en temps.
Il y a 6 ou 7 ans, j’ai découvert le travail de Dash Snow et notamment ses collages, c’était peu de temps avant sa mort. Ça a été pour moi un véritable choc visuel, une révélation, je me suis lancé dans un premier collage et depuis je ne me suis pas arrêté.

TOROM

Torom.

Peux-tu nous décrire ton collage Cause and Effect ?
Cause and Effect, pour moi, c’est une espèce d’ambiance à la Aphex Twin, à la fois acide, tendre, enfantine et un peu inquiétante.
C’est juste mon ressenti. En règle générale, je ne cherche pas à imposer une lecture, je laisse toujours la liberté d’interprétation..

Collage Seb Jarnot

Cause and Effect – 21 x 27,5 cm.

Quelle place tient la musique dans ton processus de création ?
Une place de premier plan. Beaucoup de choses m’intéressent et m’inspirent mais je pense que c’est la musique qui a le plus d’impact sur mon travail. Je n’en fais pas mais des notions telles que le rythme, la superposition, la profondeur, la répétition, le bruit, le silence, la dissonance sont au cœur de mon travail, si bien que j’ai parfois l’impression d’être musicien quelque part…
J’écoute vraiment beaucoup de choses, ce qui donne à mes collages des tonalités vraiment différentes.

collage Seb Jarnot

A Forest.

Pflanzenfreunde

Pflanzenfreunde.

Peux-tu nous décrire en quelques mots la manière dont tu travailles ?
J’ai un atelier chez moi, ce n’est pas un endroit confortable (ni chauffage, ni air conditionné), je travaille très souvent debout et en musique. Ce sont pour moi des conditions propices à la création.
Je ne travaille qu’avec des images découpées dans des livres ou magazines d’époque, je n’utilise jamais de photocopie.
J’aime l’idée de bosser sans filet, si je trouve une photo qui m’intéresse et que je rate mon collage, cette photo est perdue.
Je n’ai pas une idée précise quand je commence un collage mais souvent 2 ou 3 morceaux d’image qui donnent un peu le ton. J’entrevois une ambiance ou un sentiment. Ensuite ce sont des réactions instinctives au fur et à mesure de l’avancée de la composition tout en étant toujours très attentif aux accidents, aux associations curieuses, aux changements de direction.
Je ne colle rien dans un premier temps, jusqu’à ce que je sente une évidence, ça peut être un processus assez long.
Quand je suis satisfait de la composition, j’en fais une photo puis recompose en collant, ce qui laisse encore la possibilité d’évolutions.
La dernière étape est un peu mystique, j’ai besoin d’accrocher le collage au mur dans mon atelier pendant une semaine ou deux.
Pendant cette période, mon regard tombe dessus régulièrement et j’ai l’impression que quelque chose se passe, que le collage se charge en quelque sorte, et c’est seulement après ça je le considère comme étant fini.

collage fait main

Mutating Room.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
Sur un projet dont je ne peux pas parler pour l’instant.
Sinon, en parallèle, je m’attaque à des collages de plus grands formats (à partir de posters).

INCANTATIONS

Incantations.

Plus d’images de Seb Jarnot.

L’interview de Seb Jarnot

Seb Jarnot est une figure emblématique du monde de l’illustration et de l’équipe d’Agent 002 depuis ses débuts. La campagne Nike réalisée en 2002 avec l’agence Wieden and Kennedy (Amsterdam) a durablement marqué les esprits. Son travail navigue depuis 10 ans entre l’illustration de presse (avec notamment un grand sens des portraits) et expérimentations plastiques à la Galerie de Philippe Pannetier installée à Nîmes qui défend avec passion son travail dans le milieu de l’art contemporain. Actuellement Seb Jarnot travaille sur des packagings de la marque L’Oréal.

Seb Jarnot

Agent 002: Tu es l’un des rares dessinateurs à être représenté sur le « marché de l’art » tout en conciliant un travail de commande ambitieux. Peux-tu nous parler plus particulièrement de ton approche de la commande publicitaire ?

Seb Jarnot: Le fait d’avoir une recherche personnelle en parallèle de mon travail de commande me permet d’en apprécier les contraintes. Découvrir de l’intérieur un univers qui m’est étranger, le ressentir à travers ce que m’en disent ses acteurs et le retranscrire en un temps limité, me met dans un état de stress positif qui me permet d’être intuitif et efficace je l’espère. De plus cela me permet d’aborder toutes sortes de milieux, c’est riche.

Seb Jarnot

Agent 002: J’aime particulièrement ton travail pour la presse, dont les portraits réalisés pour « Le Monde ». Comment appréhendes-tu cet exercice particulier?

Seb Jarnot: Le visage me fascine depuis tout petit. J’ai donc toujours fait du portrait. C’est cette longue expérience qui me permet de faire des traits et des traits jusqu’à ce que par « magie » ils prennent vie.  C’est ce que je recherche, entre maîtrise et abandon, lorsque les choses se font toutes seules.


Seb Jarnot

Agent 002: Ton exposition qui se déroule en ce moment à Nîmes marque une nouvelle étape dans ta démarche, comment navigues-tu entre ces 2 disciplines
souvent opposées que sont l’illustration et le dessin  contemporain ?

Seb Jarnot: Je ne me pose pas trop de questions, c’est justement l’équilibre entre les deux qui me permet d’avancer. Je n’aime pas compartimenter les choses, le dessin m’est naturel. Je peux le mettre au service des autres ou en mode « expérimentation », le principal est de toujours dessiner. Avec de la musique aussi, c’est primordial pour moi : dessin et musique.  Mais tout de même, mon travail personnel me permet d’aller beaucoup plus loin dans l’exploration graphique. Je sors aussi de plus en plus fréquemment du dessin pur pour aller vers le collage, l’assemblage d’objets…  et l’exposition qui a lieu en ce moment à la galerie From Point To Point à Nîmes reflète particulièrement bien ces nouvelles recherches.

Je suis très fier de la « mise en scène » que nous avons construite avec Philippe Pannetier. Elle permet de pénétrer mon univers, c’est un cocon un peu sombre, avec bien sûr une ambiance musicale étrange. De nombreuses personnes poussent la porte pour voir ce qui se cache derrière cette vitrine noire, sans enseigne.  Certaines personnes, semblent  entrer par erreur, et s’attendent à un bar un peu « hot » mais restent tout de même pour visiter l’expo. L’une d’elles m’a avoué en sortant :  « Ça fait un peu peur… ». J’adore !

http://ppgalerie.over-blog.com

Seb Jarnot

Les illustrateurs par Antoine Doyen

La sortie du livre de Bellaciao s’est accompagnée d’une séance de dédicace à la galerie Arludik et d’une soirée le samedi 14 novembre 2009.

Seb Jarnot

A cette occasion, le photographe Antoine Doyen a tiré le portrait de l’équipe présente ce jour-là.

Pietari Posti

Une occasion rare de réunir des illustrateurs venus de toute la France et même de plusieurs autres pays.

Bruno Salamone

Côté français, on pouvait croiser Monsieur Z citoyen d’honneur de la french riviera, Tino et Guillaume Decaux arrivés tout droit de Strasbourg, Sébastien Messerschmidt de Lyon, Seb Jarnot le Nîmois et les Parisiens de l’étape Bruno Salamone et Stéphane Goddard.

Guillaume Decaux

Le New-Yorkais John Jay a fait le voyage spécialement de la grosse pomme, la Madrilène Carmen Huerta accompagnée par la branche catalane de l’équipe Gabriel Moreno et Pietari Posti, complétaient cette équipe de choc.

John Jay

Sébastien Messerschmidt

Monsieur Z

Tino

Carmen Garcia Huerta

Photo de groupe sur l’Ile Saint-Louis… avec les agents!

La nouvelle recrue: Gabriel Moreno

Merci à Antoine Doyen!

http://www.antoinedoyen.net/blog/

Exposition Bellaciao chez Arludik

Diane et Jean-Jacques Launier ont ouvert en 2008 un bel espace sur l’Ile Saint-Louis, consacré principalement à l’animation et à l’illustration, Arludik résume bien leur propos. Leur enthousiasme constant et le travail acharné de qualité participe à l’émergence d’une nouvelle génération de collectionneurs et de passionnés. L’art numérique en est à ses débuts et cette galerie pionnière en la matière en a fait le partenaire idéal pour l’exposition éclair des 10 ans  d’Agent 002!

 

Fred Bernard et Alain Lachartre qui a écrit la préface du catalogue

Sophie Federkeil, l’agent!

Vue de l’exposition

Toiles de Seb Jarnot, Hello Marine, Stéphane Goddard, Bruno Salamone

Galerie Arludik
12-14 rue Saint-Louis en l’île
Paris 4ème

Vous pouvez retrouver certaines toiles encore à vendre sur le SHOP d’Agent 002!!


Bellaciao en librairie!

Les deux activités d’éditeur et d’agent de Michel Lagarde ont permis à Bellaciao de vivre une double vie! En premier lieu avec la distribution de 600 exemplaires signés par Fred Bernard, vendus en librairie au prix de 19 euros (Diffusion: Le Comptoir des Indépendants). Et d’autre part, Bellaciao permet à Agent 002 de remercier ses clients, illustrateurs et amis pour fêter ses 10 ans en beauté!

http://www.michel-lagarde.com/blog/2009/11/bellaciao-en-librairie/